Tout sur la gestion des risques médicaux
                et la sécurité du patient

Pertinence, médecine défensive, surdiagnostic, surmédicalisation

  • Réduire le texte de la page
  • Agrandir le texte de la page
  • Facebook
  • Twitter
  • Messages0
  • Imprimer la page

2010 - Faire moins pour une meilleure qualité

21/08/2015

Grady D., Redbeg R. Less is more, Arch Int Med, 2010, 170, 9, 748-50

Résumé

On pense souvent que toujours plus est égal à toujours mieux. Ce n’est pas le cas en médecine, et c’est même parfois l’inverse ; toute pratique excessive a ses effets pervers notamment en matière de sur risque d’EIG. Par exemple le traitement de l’ostéoporose à la ménopause chez des femmes asymptomatique,  les débridements arthroscopiques du genou chez les sujets arthrosiques, la sur-utilisation de radiologie avec un risque de cancer induit, la mauvaise indication des antidépresseurs chez des dépressions légères, ou encore les mammographies de dépistage chez les plus jeunes femmes où chez les femmes âgées dont le ration efficacité est discutable (très faible pour ces âges) mais qui par contre s’associent trop fréquemment à des faux positifs, et des sur-diagnostics.
En plus, tout ce débat est typique des questions de pertinence et joue massivement sur le coût de la santé sans doute en représentant près de 20% et plus des coûts totaux.
Pour mieux débattre, le journal Archives of Internal Medicine ouvre une rubrique sur ‘Less is more’.

Mon avis

Une initiative d’un grand journal qui souligne l’ampleur du problème.