Personne âgée : organisation des soins bucco-dentaires

Tout sur la gestion des risques médicaux
                et la sécurité du patient

Personne âgée : organisation des soins bucco-dentaires

  • Réduire le texte de la page
  • Agrandir le texte de la page
  • Facebook
  • Twitter
  • Messages0
  • Imprimer la page
  • Dentiste soignant une femme agee

A domicile ou en établissement, la réalisation des soins bucco-dentaires des personnes âgées relève d’une démarche pluridisciplinaire nécessitant que le chirurgien-dentiste travaille en collaboration avec les équipes médicales et paramédicales impliquées.

Auteur : Dr Héléna DEHARVENGT, chirurgien-dentiste / MAJ : 29/03/2019

1. Une formation spécifique

Bien que la cavité buccale soit facilement accessible, la majorité du personnel soignant est mal à l’aise avec les soins d’hygiène : ces soins sont considérés comme complexes, difficiles à réaliser, chronophages, non gratifiants. Par ailleurs, les soins buccaux sont souvent réputés intrusifs et la non coopération des patients eux-mêmes (refus, absence de compréhension, attitude agressive) est une barrière supplémentaire.

Ces difficultés sont liées au manque de protocoles adaptés à la gériatrie, et de formation du personnel.

Ainsi la formation apparait indispensable 1,3,4. Des protocoles formalisés (matérialisés par des fiches techniques ou des posters 3) et des matériels adaptés sont nécessaires pour promouvoir la santé dentaire et valoriser les soins de bouche en institution.

La formation doit avoir une objectif pratique, en partenariat avec des chirurgiens-dentistes et être continue (ou renouvelée fréquemment) en raison du turn-over important du personnel ou de la nécessité d’actualiser les connaissances 3. De ce fait, les personnels soignants pourraient identifier certaines pathologies dentaires et déclencher les procédures appropriées, en ayant une attitude positive vis-à-vis de ces soins.

2. Un dépistage des pathologies bucco-dentaires et l’instauration d’un suivi régulier

A l’admission d’un établissement chaque patient devrait pouvoir bénéficier d’un examen clinique et radiologique réalisé par un chirurgien-dentiste pour établir un protocole de prévention, de soins et de suivi adaptés au contexte général du sujet 1,3,4.

Le traitement des foyers infectieux, l’adaptation des prothèses, ou leur éventuelle réfection doivent être prévus au plus tôt alors que le patient est encore coopérant. En effet, il convient de tenir compte de la survenue ou de l’aggravation de troubles cognitifs.

Au cours du suivi, si possible annuel, des caméras intraorales ou un smartphone peuvent permettre des diagnostics à distance 5-8. Les protocoles initiaux doivent être réévalués en fonction de l’évolution du contexte général du patient.

Des procédures préétablies permettent d’adapter, de modifier ou de réparer les prothèses existantes ou de refaire les prothèses dans des délais plus rapides afin de permettre au patient de retrouver plus rapidement une qualité de mastication et de communication.

3. Des thérapeutiques odontologiques adaptées aux sujets âgés

Il n’existe pas de traitement odontologique formellement contre-indiqué chez les personnes âgées. L’objectif étant d’assainir la cavité buccale et d’apporter du confort en simplifiant au maximum les séances au fauteuil et en limitant leur durée et leur nombre.

Idéalement le plan de traitement est établi avec le médecin traitant afin d’établir un consensus sur la prise en charge proposée ; les traitements complexes, longs, nécessitant une coopération importante seront à éviter.

Chez les patients peu coopérants, atteints de troubles cognitifs sévères ou en fin de vie, l’abstention thérapeutique est indiquée et l’on favorise les soins palliatifs de confort.

4. Conclusion

L’approche thérapeutique des personnes âgées résulte d’un compromis entre d’une part l’assainissement et la réhabilitation orale complète et d’autre part le confort immédiat du patient.

Au fur et à mesure que l’âge avance, les soins sont plus difficiles à mettre en œuvre (fatigabilité, polymédication, dépendance, coopération aléatoire du patient etc.).

Pour ces motifs la mise en place de mesures préventives représente un véritable intérêt pour maintenir au mieux la qualité de vie des patients âgés. Ces mesures doivent être expliquées à l’entourage personnel et professionnel des patients afin de développer leur acceptation et leur utilisation pour un bénéfice maximal.

5. Bibliographie

1.            Folliguet M. Prévention bucco-dentaire chez les personnes âgées: Direction Générale de la Santé;2006.

2.            Pailley D. Santé bucco-dentaire en EHPAD. 2016.

3.          Lacoste-Ferre M-H, Rolland Y, Vellas B. Les soins d'hygiène bucco-dentaire et prothétique en EHPAD : du protocole à l'évaluation. 2013.

4.          Bodineau A, Boutelier C, Viala P, et al. Importance de l’hygiène buccodentaire en gériatrie. NPG Neurologie - Psychiatrie - Gériatrie. 2007/08/01/ 2007;7(40):7-14.

5.          Savard G, Baranès J-J, Nabet C, Lorenz F, Boissel C. Former les soignants en EHPAD à la santé orale. CLINIC. 2012.

6.          Giraudeau N, Valcarcel J, Tassery H, et al. Télémédecine bucco-dentaire : projet e-DENT. European Research in Telemedicine / La Recherche Européenne en Télémédecine. 2014/03/01/ 2014;3(1):43-44.

7.          Giraudeau N, Valcarcel J, Tassery H, et al. Projet e-DENT : téléconsultation bucco-dentaire en EHPAD. European Research in Telemedicine / La Recherche Européenne en Télémédecine. 2014/06/01/ 2014;3(2):51-56.

8.          De Divonne AC. Le programme Oralien La santé bucco-dentaire des résidents désormais suivie par un smartphone. CLINIC. 2018.

 

A lire aussi :

Prévention bucco-dentaire chez la personne âgée : les bonnes pratiques

Ces articles font l'objet d'un dossier complet sur le site de la Prévention médicale :

Dossier Personnes âgées : prévention bucco-dentaire

0 Commentaire

Publier un commentaire