Pose d’implant dentaire

Tout sur la gestion des risques médicaux
                et la sécurité du patient

Pose d’implant dentaire : les risques d’une pratique banalisée

  • Réduire le texte de la page
  • Agrandir le texte de la page
  • Facebook
  • Twitter
  • Messages0
  • PDF
  • Imprimer la page

De plus en plus de praticiens décident, à juste titre, d’inclure la pose d’implants dentaires dans leur pratique d’omnipraticiens. Cette option est souvent l’indication idéale pour traiter l’édentement. Mais une vision un peu trop idéale de l’implantologie peut conduire les cliniciens à, sinon masquer la réalité, tout du moins à minimiser le risque de complications à court, moyen et long terme.

  • Chirurgien-dentiste
Auteur : Franck Renouard / MAJ : 06/09/2018

Deux articles publiés en 2010 et 2013 (Palmer et Rees et al) mettent en avant la nécessité de parfaitement informer les patients sur les avantages des traitements mais aussi sur leurs inconvénients.

Jonathan Rees insiste d’abord sur la nécessité d’informer les patients en conservant une trace écrite sur cette information. L’information doit expliquer de la façon la plus simple mais aussi la plus complète le principe des implants dentaires, leurs avantages mais surtout leurs inconvénients. Le risque et la fréquence des complications doivent être mentionnés. En d’autres termes le patient doit être capable de prendre sa décision en toute connaissance de cause.

Ces informations ne doivent pas être seulement théoriques, mais elles doivent également se référer à l’expérience du praticien. C’est ce que met en avant le Docteur Richard Palmer. Il insiste sur la nécessité de suivre les formations appropriées à cette pratique particulière. Les différents aspects de la pratique implantaire doivent être connus et assimilés.

Sources :

- Rees J. Medicolegal implications of dental implant therapy. Prim Dent J. 2013 Apr;2(2):34-8

- Palmer RM .Risk management in clinical practice. Part 9. Dental implants. Br Dent J. 2010 Nov 27;209(10):499-506.
 

 Lire l'article de Jonathan Rees

 Lire l'article du Dr. Richard Palmer

Mon avis:

La notion d’implant à vie doit aujourd’hui être bannie de l’argumentation des dentistes. Comme pour les dents naturelles, le risque de complications et de problèmes n’est pas négligeable. Il est important de ne pas se contenter d’un 98% de succès glané au détour d’un article. Ces valeurs ne traduisent pas la pratique réelle en cabinet privé. Les études scientifiques qui font généralement état de résultats extrêmement encourageants sont le plus souvent produites par des praticiens qui ont une grande expérience. De plus le simple fait de traiter des patients en vue de publication, introduit un biais de sélection des patients qui va « fausser » les résultats. Enfin, la motivation dite intrinsèque (non motivée par un gain immédiat, le plus souvent financier) qui motive les praticiens, auteurs des articles, ne reflète absolument pas réalité de la vie d’un omnipraticien au quotidien. En résumé, les conditions d’exercice ne sont pas comparables.

Il est donc important, non seulement de suivre régulièrement des formations, mais il faut aussi confronter sa propre expérience avec des praticiens ayant le même type de pratique afin de partager ses expériences. Cela permet de délivrer une information basée à la fois sur les connaissances acquises de la science mais aussi sur l’expérience partagée. 

0 Commentaire

Publier un commentaire