Tout sur la gestion des risques médicaux
                et la sécurité du patient

Financement de la santé, Politiques d'amélioration de la Qualité-Sécurité, idées et directions générales

  • Réduire le texte de la page
  • Agrandir le texte de la page
  • Google plus
  • Facebook
  • Twitter
  • Imprimer la page

2008 - Comment transformer la théorie en pratique en matière de qualité et sécurité des soins: plaidoyer pour une vision collaborative

19/08/2015

Pronovost P., Berenthotlz S, Nedham D. Translating evidence into practice: a model for large scale knowledge translation, BMJ 2008;337:a1714

Résumé

Beaucoup de solutions thérapeutiques pourtant dotées d’un haut niveau de preuve ne sont pas converties en pratiques quotidiennes. La raison de cet échec réside souvent dans une impossible traduction de la connaissance théorique en pratique quotidienne. Mais ce n’est pas qu’un problème lié à la compétence ou à la volonté du médecin. Il ne suffit pas de communiquer au médecin la solution, il faut encore que cette solution soit compatible avec les connaissances et pratiques des autres acteurs du système médical et les habitudes sociologiques des patients. Aucun succès ne peut être obtenu sans collaboration de toutes ces parties.
Les auteurs utilisent l’exemple des infections sur cathéters centraux comme fil rouge. La réduction de ces infections suppose 5 actions: (a) un regard global différent sur l’organisation des soins plutôt qu’une approche sur chaque cas particulier de patient (l’action doit d’abord porter sur le groupe avant de porter sur chaque patient) (b) un engagement de toutes les parties prenantes, médicales et paramédicales (staff et accord individuel de toute l’équipe pour s’engager dans le processus avec un maximum de 7 interventions qui seront toutes évaluées en continue avec feedbacks individualisés) (c) une aide centralisée pour ce type d’intervention (documentation, articles, lectures adaptées pour chaque catégorie professionnelle impliquée), (d) un encouragement par la hiérarchie à adopter cette solution (indentification des barrières à l’implémentation, et lutte active avec la hiérarchie pour les franchir), (e) l’installation d’une culture de coopération étroite entre toutes les parties prenantes (travail au quotidien avec recueil des insatisfactions des uns et des autres dans le déroulement du processus et traitement immédiat, sans préjuger de leur statut professionnel)
Cette approche s’inscrit dans un fort courant de pensée qui soutient qu’aucun progrès sensible en sécurité du patient ne pourra être réalisé sans une culture de la collaboration entre professionnels.

Mon avis

Une bonne réflexion.