Tout sur la gestion des risques médicaux
                et la sécurité du patient

Pertinence, médecine défensive, surdiagnostic, surmédicalisation

  • Réduire le texte de la page
  • Agrandir le texte de la page
  • Facebook
  • Twitter
  • Messages0
  • Imprimer la page

2007 - Conséquences financières d’une révélation systématique des erreurs aux victimes

21/08/2015

Studdert DM, Mello MM, Gawande AA “et al.” (2007) Disclosure of medical injury to patients: an improbable risk management strategy. Health Affairs (Millwood). 26(1):215-26.

Résumé

Modélisation des conséquences financières d’une révélation systématique des erreurs aux victimes dans l’hypothèse qu’une fraction des patients engagent des poursuites après avoir pris connaissance de l’erreur.
L’étude part d’un bassin passé de 535 772 erreurs avec conséquences pour le patient, 355 244 sans faute (dont quand même 15 133 plaintes) du médecin, et 180 528 avec faute (avec 30 266 plaintes)
Le modèle considère trois effets de la révélation : arrêt de la poursuite s’il savait mais qu’on ne lui avait rien dit, décision de poursuivre s’il ne savait pas, aucun changement d’attitude ni dans l’intention de poursuivre même après l’explication, ou dans l’intention de ne pas poursuivre même sans l’explication.
Le modèle procède par différentes simulations sur la base des modèles statistiques (Monte-Carlo) et compare le résultat avec le jugement de 65 experts à qui on demande quelle serait l’évolution du dossier avec ou sans explication.
Les résultats montrent que la révélation de leurs erreurs à leurs patients, si elle était systématique pour tous les médecins, augmenterait le nombre de poursuites globales et le coût total, bien qu’elle réduise le coût de chaque plainte et sa fréquence pour chaque médecin. On voit là un effet pervers de l’incroyable sous déclaration de ces erreurs dans l’état actuel. En d’autres termes, le bénéfice serait réel, mais l’effet de masse le gommerait dans un premier temps.

Mon avis

Remarquable article par des auteurs très connus (Studdert, Brennan..), rare sur ce sujet, et très bien documenté. Non spécifique à la médecine générale, mais totalement applicable.