Tout sur la gestion des risques médicaux
                et la sécurité du patient

Pertinence, médecine défensive, surdiagnostic, surmédicalisation

  • Réduire le texte de la page
  • Agrandir le texte de la page
  • Facebook
  • Twitter
  • Messages0
  • Imprimer la page

2012 - Le dépistage des prédiabètes type II est loin d’avoir démontré son efficacité

21/08/2015

Simmons R., Echouffo-Tcheugui J., Sharp S., Sargeant L. Williams K., Prevost T., Kinmonth AL, Wereham N., Griffin S. Screening for type 2 diabetes and population mortality over 10 years (ADDITION-Cambridge): a cluster-randomised controlled trial The Lancet, Early Online Publication, 4 October 2012 doi:10.1016/S0140-6736(12)61422-6

Résumé

L’augmentation de la prévalence du diabète type II pose des difficiles questions de santé publique et de stratégie. L’idée prévalente habituelle est celle d’un diagnostic le plus précoce possible au stade de pré-diabète et d’une prise en charge médicamenteuse.
L’étude évalue cette stratégie sur la mortalité comparée entre plusieurs cohortes de patients à haut risques de diabète non diagnostiqué, pris en charge par 33 cabinets de médecine générale aux RU ; ces patients sont affectés au hasard à l’une ou l’autre cohorte:
•    La cohorte  1 est l’objet de tous les tests de dépistage de prédiabète et d’une prise en charge thérapeutique très active pour les cas positifs
•    La cohorte 2  est l’objet de tous les tests de dépistage de prédiabète mais avec une surveillance de routine en accord avec les recommandations pour les patients positifs
•    La cohorte 3  ne subit pas de tests de dépistage
Au total 20184 patients inclus entre 40 et 69 ans
Sur les 16047 patients inclus dans les cohortes 1 et 2,  15089 ont été testés entre 2001 et 2006, 11737 sont venus réellement aux tests, et 466 diabètes ont été révélés. 
Parmi ces patients suivis sur la base d’un prédiabète on note 1532 décès sur une période de 9,6 ans (pour les 16047 patients), contre 377 dans la cohorte témoin des 4137 patients non suivis par des tests de dépistage.
L’étude ne note pas de réduction significative du risque cardio vasculaire par une stratégie active et précoce de dépistage et prise en charge, ni de réduction du risque de mortalité lié au diabète…
Le bénéfice du dépistage s’avère donc nul, et encore plus une attitude thérapeutique active, et c’est un résultat évidemment très éloigné des attentes médicales.

Mon avis

Un papier polémique, qui remet en question bien des dogmes enseignés depuis longtemps ; ce papier suscite beaucoup de réactions de la part de la communauté médicale… mais il est publié dans le Lancet et difficile à ignorer ; il est à lire dans un contexte de remise en cause générale des stratégies de prévention.