Tout sur la gestion des risques médicaux
                et la sécurité du patient

Soins et hospitalisation à domicile, personnalisation des soins

  • Réduire le texte de la page
  • Agrandir le texte de la page
  • Facebook
  • Twitter
  • Messages0
  • Imprimer la page

2011 - Télémédecine dans le traitement à distance des patients cardiaques

19/08/2015

Anker S., Koelher F. Abraham W. Telemedicine and remote management of patients with heart failure, Lancet 2011; 378: 731–39

Résumé

Deux études prospectives viennent en contradiction avec l’idée que la télémédecine sera une solution de panacée pour une meilleure prise en charge des patients cardiaques.
Les présupposés issus de plusieurs études sur l’utilisation de la télémédecine chez les patients cardiaques chroniques équipés de sondes semblaient prouver une amélioration significative de la prise en charge, mais les études plus récentes ne vont pas dans ce sens.
La télémédecine est supposée donner au patient un outil de gestion et de surveillance en ligne de sa maladie connecté à un réseau de spécialistes au moindre doute, qui est censé le rassurer, en même temps que lui donner plus de force pour vivre avec sa maladie. Les patients deviennent aussi des acteurs directs de leur traitement. La technique de télémédecine elle même peut varier entre sondes implantées ou moyens non invasifs. Dans l’histoire récente, on décrit quatre phases de progrès : les systèmes ont d’abord été non réactifs (holters transmis le lendemain au professionnel de santé), puis réactifs mais suivis par un centre qui n’est ouvert que pendant les heures de bureau, puis réactifs et sous surveillance  distante effective 24/24 ; la dernière génération partage le résultat bien au delà de la plateforme spécialisée de surveillance  à distance en donnant l’information au généraliste et aux professionnels auprès du patient. Le système peut devenir assez rapidement complexe, et finalement assez coûteux à mettre en place et faire vivre. La notion des délais d’intervention reste floue. Qu’est ce qui serait raisonnable, acceptable, la nuit, le WE ? qu’est-ce qui sera légalement retenu comme acceptable ? Les futurs développements pourraient beaucoup plus prendre en compte la capacité des patients (éduqués) à interpréter et réagir à leur propre monitoring  en adoptant des stratégies pré-établies.

Mon avis

Un très bon article faisant un point assez fouillé sur la télémédecine au delà de l’exemple de la  cardiologie.