Tout sur la gestion des risques médicaux
                et la sécurité du patient

Fréquence des EIG en chirurgie, aux urgences et dans le parcours de l'opéré

  • Réduire le texte de la page
  • Agrandir le texte de la page
  • Facebook
  • Twitter
  • Messages0
  • Imprimer la page

2014 - Réduction du risque infectieux avec la cœlioscopie

14/08/2015

Gandaglia G., Ghani K., Sood A., Meyers J., Sammon J., Schmid M., et al, Effect of Minimally Invasive Surgery on the Risk for Surgical Site Infections :  Results From the National Surgical Quality Improvement Program (NSQIP) Database JAMA Surg.2014;149(10):1039-1044

Résumé

Analyse de la base de données US de l’American College of Surgeons National Surgical Quality Improvement Program database conçue pour collecter des indicateurs à 30 jours (outcomes, incidents) en matière d’infections de site associées à des nouvelles pratiques chirurgicales (en comparant chirurgie à ciel ouvert et chirurgie minimale invasive).
Inclusion de tous les dossiers patients de janvier 2005 à décembre 2011 ayant subi une appendicectomie (97780), une colectomie (118407), une hystérectomie (26639) et une prostatectomie radicale (11183).
Le taux d’infection à 30 jours de la chirurgie minimale invasive s’établissait à 5,4% pour les appendicites, 12,1% pour les colectomies, 2,8% pour les hystérectomies et 1,7% pour les prostatectomies. Ces taux étaient tous significativement inférieurs à ceux de la chirurgie à ciel ouvert (OR, 0,52 pour appendicite, 0,58 pour colectomies, 0,44 hystérectomie, 0,39 pour prostatectomies).

Mon avis

Une confirmation que les nouvelles techniques chirurgicales baissent significativement le risque infectieux.