Revue de littérature sur la sécurité du patient en chirurgie dentaire

  • Réduire le texte de la page
  • Agrandir le texte de la page
  • Google plus
  • Facebook
  • Twitter
  • PDF
  • Imprimer la page
Tout sur la gestion des risques médicaux
                et la sécurité du patient

Revue de littérature sur la sécurité du patient en chirurgie dentaire

  • Réduire le texte de la page
  • Agrandir le texte de la page
  • Google plus
  • Facebook
  • Twitter
  • PDF
  • Imprimer la page
0 Commentaire

Quelques travaux prometteurs, mais un domaine encore à défricher.

  • Chirurgien-dentiste
Auteur : Pr. René AMALBERTI / MAJ : 11/01/2016

Le concept de sécurité du patient en chirurgie dentaire est encore dans son enfance. Peu d’études contiennent des résultats intéressants. Parmi les travaux connus, on peut citer une étude néerlandaise (Mettes, 2013) qui a porté sur l’analyse de 1000 dossiers patients recrutés à raison de 50 dossiers dans 20 cabinets dentaires.

Sur la totalité des consultations et actes, il ressort 18 événements indésirables dont 3 sérieux : extraction dentaire erronée, 4 cas de racines non retirées après extractions, 8 cas de bris de matériel dans la dent, 2 cas de couronnes avalées par le patient. Les 3 cas plus sérieux étaient tous en lien avec une mauvaise interprétation radiologique (ou une absence de radio) avant extraction de molaires. Une autre étude nationale anglaise montrait en 2009 36 cas d’erreur de dent extraite, dont 16 étaient survenues avec des patients endormis sous AG (Thusu, 2012).

Une revue de littérature étendue a été conduite récemment (Bailey, 2015) pour élargir cette analyse. 3240 articles ont été consultés en chirurgie dentaire et pratiques de cabinet, 164 papiers retenus comme pouvant avoir un lien avec l’analyse des erreurs, de leur cause, ou de solutions d’améliorations. 37 ont finalement étaient retenus sur leur contenu, et seulement 9 vraiment considérés comme contributifs. 

4 articles sur ces 9 portent sur le développement de check-lists, sur la base d’une check-list (C/L) préconisée à Manchester avant extraction dentaire (2009) et qui doit normalement, si la C/L est réalisée, supprimer tout risque d’erreur d’extraction. L’OMS a contribué à renforcer cette C/L en 2012 et à en diffuser son usage.

3 autres articles portent sur l’adoption d’un système de signalement volontaire des évènements indésirables qui puisse nourrir des bases nationales ou régionales. Les résultats sont mitigés, avec une énorme sous-déclaration de la part des chirurgiens-dentistes.

L’utilisation d’alertes informatiques, couplées aux dossiers patients informatisés, complète l’inventaire des articles intéressants. 4 conditions sont par exemples incluses dans certains logiciels affichant automatiquement les guidelines, conditions particulières et précautions à prendre pour des patients porteurs de xerostemie, BPCO, diabète, ou problèmes cardiaques.

L’analyse conclut à la fois à l’importance du domaine et à sa sous-considération par les professionnels. La compréhension épidémiologique du risque est limitée, le fondement de ce qui est Qualité et Sécurité en pratique dentaire est encore trop polémique, et le retour d’évaluation des patients et leur avis peu pris en compte dans ces domaines.

Pour aller plus loin

  • Bailey, E., Tickle M., Stephen Campbell, S. et Lucy O’Malley L.  Systematic review of patient safety interventions in dentistry. BMC Oral Health 15 (2015): 152.
  • Mettes T, Bruers J, van der Sanden W, Wensing M. Patient safety in dental care: A challenging quality issue? An exploratory cohort study. Acta Odontol scand. 2013;71(6):1588–93.
  • Thusu S, Panesar S, Bedi R. Patient safety in dentistry - state of play as revealed by a national database of errors. Br Dent J. 2012;213(3):E3.

L’article de Bailey est facilement accessible :

Lire l'article en anglais

0 Commentaire

Publier un commentaire