Tout sur la gestion des risques médicaux
                et la sécurité du patient

Fréquence des EIG en chirurgie, aux urgences et dans le parcours de l'opéré

  • Réduire le texte de la page
  • Agrandir le texte de la page
  • Facebook
  • Twitter
  • Messages0
  • Imprimer la page

2015 - Réadmissions après chirurgie

14/08/2015

Merkow, R., Ju M., Chung J., Hall B., Cohen M., Williams M., Tsai T., Ko C., Bilimoria K. Underlying Reasons Associated With Hospital Readmission Following Surgery in the United States. JAMA 313, no 5 (3 février 2015): 483.

Résumé

Aux USA, Les hôpitaux sont pénalisés financièrement en cas de réadmission après chirurgie. Cette étude examine les réadmissions (dans les 30jours) pendant une période de un an (2012) dans 346 établissements pour six types d’interventions (bariatrique, hernie, colectomie, prostatectomie, hystérectomie, prothèse hanche et genoux, chirurgie vasculaire).
Au total 498,875 interventions incluses. Le taux de réadmissions est de 5,7 % (de 3,8% pour les hystérectomies, à 14,9% sur la chirurgie vasculaire périphérique). La cause la plus fréquente de réadmission est l’infection avec 19,5 % pour l’ensemble des interventions.  Pour les chirurgies abdominales c’est l’occlusion (pourcentage variable selon les chirurgies). Seulement 3,3 % des patients avaient eu une infection durant l’hospitalisation initiale.
On ne retrouve ni date post-op privilégiée dans les 30 jours qui suivent l’intervention qui s’associerait à un pic de réadmissions, ni diagnostic particulier à certaines dates. Les trois risques (infection, ileus, saignement) sont également répartis sur les 30 jours.
Les patients co-morbides à l’admission, les sorties qui ne vont pas vers le domicile directement, et le statut de CHU, sont trois facteurs aggravants du risque.
Les auteurs estiment que les réadmissions après chirurgie constituent une mesure des complications tardives.

Mon avis

Un bon article.