Revue de presse sage-femme juin 2018

Tout sur la gestion des risques médicaux
                et la sécurité du patient

Revue de presse sage-femme juin 2018

  • Réduire le texte de la page
  • Agrandir le texte de la page
  • Facebook
  • Twitter
  • Messages0
  • PDF
  • Imprimer la page
  • groupes sages-femmes, problèmes communication

Notre analyse du mois : prédire le risque de rupture utérine par l’échographie, simulation médicale et compétences relationnelles, rupture très précoce des membranes et risque de morbi-mortalité...

  • Sage-femme
Auteur : Isabelle Le Creff, Sage-femme / MAJ : 18/06/2018

Prédire le risque de rupture utérine par l’échographie

En cas d’antécédent de césarienne, la pauvreté des données ne permet pas d’évaluer le risque de rupture utérine et ne donne pas aux cliniciens d’éléments d’aide à la décision concernant la tentative de voie basse ou de césarienne itérative.
Pourtant l’échographie pourrait être utile à déterminer le risque spécifique de rupture, en mesurant l’épaisseur du segment inférieur de l’utérus, c’est-à-dire l’épaisseur de la zone sur laquelle siège la cicatrice de césarienne.
Même faibles et uniquement observationnelles, les données de la littérature sont concordantes pour montrer une corrélation entre l’épaisseur du segment inférieur et le risque de rupture utérine.

Gynécologie Obstétrique Fertilité et Sénologie
Volume 46,
Pages 427-432

Lire l’article 

Pourquoi pas la simulation médicale pour améliorer les compétences relationnelles des sages-femmes

Les sages-femmes sont souvent confrontées à des situations qui ne relèvent pas d’un problème thérapeutique, mais plutôt d’un problème relationnel.
Les problèmes de communication qui se posent à la sage-femme en exercice n’ont pas de solution unique.
Des simulations relationnelles avec des petits groupes de sages-femmes, et le concours de praticiens expérimentés, permettraient d’identifier les situations critiques et d'utiliser les formulations adéquates pour un parcours de soins effectif.

Vocation Sage-Femme
Numéro 131
Pages 21-24

Lire l’article

Naissance très prématurée : la rupture très précoce des membranes augmente-t-elle la morbi-mortalité ?

La rupture prématurée des membranes (RPM) avant 25 SA, concerne 1% des grossesses et est associée à un taux élevé de complications pour la mère et l’enfant. Elle reste une cause majeure d’infection materno-fœtale, de mort fœtale in utero et d’accouchement prématuré, avec une morbidité néonatale importante.
Les issues néonatales sont fortement corrélées avec l’âge gestationnel à la naissance. Cependant, l’impact des risques spécifiques associés à la rupture très prématurée des membranes, notamment l’inflammation chronique à laquelle le fœtus peut être soumis, le risque de sepsis périnatal ou l’hypoplasie pulmonaire, est difficile à apprécier.
Cette étude permet d’évaluer les risques associés à la rupture des membranes et de donner aux patientes confrontées à cette situation des informations plus précises.

Gynécologie Obstétrique Fertilité et Sénologie
Volume 46, Numéro 2
Pages 447-453

Lire l’article

Liquide amniotique teinté ou méconial : la prise en charge est-elle la même ?

La couleur du liquide amniotique est appréciée lors de la rupture spontanée ou artificielle des membranes, mais celle-ci peut se modifier au cours du travail. Il peut être teinté ou méconial.
En présence d’un liquide teinté, une hypoxie fœtale peut apparaître. C’est un événement rare, mais redouté par les risques de complications qu’elle induit, telle que l’acidose métabolique pouvant entraîner la mort fœtale.
Cette acidose métabolique néonatale sévère est objectivée par une mesure des gaz du sang au cordon ombilical.
Les conséquences sont-elles plus graves en présence d’un liquide méconial ?

La Revue Sage-Femme
Volume 17
Pages 78-86

Lire l’article

Les conséquences des régimes végétariens et végétaliens suivis pendant la grossesse et la lactation

Les régimes végétariens et végétaliens équilibrés peuvent être considérés sans risque pendant la grossesse et la lactation, à condition de supplémenter les femmes enceintes et allaitantes pour prévenir les diverses carences potentielles.
La carence la plus fréquente est la carence en vitamine B12, vitamine exclusivement présente dans les produits d’origine animale. Ces régimes peuvent également provoquer des carences en fer pendant la grossesse et la lactation dont la principale conséquence est l’anémie ferriprive maternelle.
Du fait des nombreuses conséquences maternelles, fœtales et néonatales que ces régimes induisent, il est nécessaire de repérer en tout début de grossesse les femmes pratiquant ce type de régimes alimentaires afin de prévenir les carences alimentaires qui en découlent.

La Revue Sage-Femme
Volume 17
Pages 54-62

Lire l’article

0 Commentaire

Publier un commentaire