Obstétrique bovine : suites létales d’une extraction (trop) forcée

Tout sur la gestion des risques médicaux
                et la sécurité du patient

Obstétrique bovine : suites létales d’une extraction (trop) forcée

  • Réduire le texte de la page
  • Agrandir le texte de la page
  • Facebook
  • Twitter
  • Messages0
  • Imprimer la page
  • Obstétrique bovine

Découvrez dans ce cas clinique les suites létales d'une extraction trop forcée sur une vache de quatre ans.

Auteur : Dr Michel Baussier, Docteur vétérinaire / MAJ : 18/06/2020

Cas clinique

Ce cas clinique s’est produit il y a plus de vingt ans. Même si les comportements ont pu évoluer, ce cas reste très instructif aujourd’hui en matière de sécurité des actes.

Le vétérinaire praticien intervient pour un vêlage chez un éleveur-sélectionneur en race charolaise (animaux inscrits au Herd-Book et de grande valeur). C'est la pleine période des vêlages. Eleveurs et praticiens sont stressés.

La dystocie consiste, sur une vache de quatre ans (deuxième vêlage), avec un fœtus en présentation postérieure, en une insuffisante dilatation du col utérin.

En l’absence de disproportion foeto-pelvienne patente, le praticien tente, sur la vache en position debout, l’extraction forcée à l’aide d’une vêleuse de type "balai".

L’assistant qui actionne la vêleuse (commis de ferme) prévient clairement et fermement le vétérinaire que la force exercée lui paraît inhabituellement grande, excessive.

Le vétérinaire insiste cependant et obtient l’extraction d’un nouveau-né parfaitement viable.

Un bruit sec est entendu au moment de l’extraction.

L’exploration des voies génitales révèle immédiatement une importante rupture cervico-utérine.

Une suture par les voies naturelles est immédiatement effectuée.

La vache est revue le lendemain : la suture, jugée insuffisamment occlusive, est complétée, toujours par les voies naturelles.

La vache, recevant des traitements anti-infectieux et anti-inflammatoires, est suivie et revue chaque jour.

Les soins n’empêchent pas le développement d’une péritonite.

Au 10ème jour, une laparotomie exploratrice est effectuée. Devant l’importance de l’inflammation fibrineuse, le cas apparaît désespéré et l’euthanasie est effectuée.

L’autopsie confirmera la métro-péritonite dont le point de départ est clairement confirmé comme utérin, à partir de sutures insuffisamment occlusives.

L’événement que l’on peut qualifier aisément d’événement indésirable grave, consiste en la déchirure transpariétale du col utérin.

Analyses

Ce matériel est réservé à un usage privé ou d’enseignement. Il reste la propriété de la Prévention Médicale et ne peut en aucun cas faire l’objet d’une transaction commerciale.

Proposition d'actions préventives

  • Organisation des gardes afin de ménager un temps de repos minimal des praticiens.
  • Actions politiques pour le maillage vétérinaire des territoires ruraux.

Références bibliographiques

FRIKHA R., BAUSSIER M. – Chirurgie bovine : les facteurs de risque avant, pendant et après. Journées nationales des GTV, Nantes, mai 2003.

LAVALADE I. – Les urgences obstétricales chez les bovins. Le Point Vétérinaire, vol.36, n° 260, novembre 2005.

0 Commentaire

Publier un commentaire