Décès à 22 ans d'un jeune homme suite à une maladie de Crohn

Tout sur la gestion des risques en santé
                et la sécurité du patient

Décès à 22 ans d'un jeune homme suite à une maladie de Crohn

  • Réduire le texte de la page
  • Agrandir le texte de la page
  • Facebook
  • Twitter
  • Messages7
  • Imprimer la page

Décès à 22 ans d’un jeune homme adepte du nomadisme médical se plaignant de douleurs abdominales depuis plusieurs années. Quelle était la bonne posture à adopter ?

  • Médecin
Auteur : Christian Sicot / MAJ : 10/09/2018

Cas clinique

  • Le 24 novembre 2005 à 02h 30, un étudiant en psychologie de 22 ans consulte aux urgences d’un CHU pour des douleurs abdominales hypogastriques, spasmodiques, apparues 48hoo auparavant, au décours d’un repas copieux et alcoolisé entre amis. L’interrogatoire ne retrouve pas d’autre antécédent qu’un tabagisme évalué à 1 paquet par jour depuis 5-6 ans. La température est à 37,9 C° et le poids à 62 kg pour une taille de 1m 67. La CRP est à 56 mg/l sans hyperleucocytose. L’enquête « infectieuse » s’avère négative. L’ASP montre des niveaux hydro-aériques, situés dans le colon et l’intestin grêle avec présence d’air dans le rectum. L’échographie abdominale conclut à une iléite terminale. La rectosigmoïdoscopie est non contributive. Les douleurs ayant rapidement disparu, la sortie du patient est autorisée le 25 novembre avec un rendez-vous de consultation 3 semaines plus tard. Selon le dossier d’hospitalisation, le patient n’est jamais revenu consulter et il n’y avait pas de notion de prise en charge ultérieure par le CHU.
  • De 2005 à 2009, aucune information médicale n’est disponible. D’après les dires du patient, il aurait consulté un gastro-entérologue libéral en 2009 qui aurait pratiqué une coloscopie et porté le diagnostic de troubles fonctionnels intestinaux. Aucun document n’est toutefois, fourni par le patient pour attester de la réalité de cette consultation.
  • Le 19 novembre 2010, le patient consulte un médecin généraliste pour des douleurs abdominales, des courbatures et une importante asthénie. Celui-ci confirme que le patient lui a dit avoir subi un bilan gastroentérologique 6 mois auparavant, qui s’était révélé normal. L’examen clinique ne révèle pas d’anomalies. Traitement prescrit : Mag 2®.
  • Le 11 décembre 2010, le patient consulte un autre médecin généraliste exerçant dans une localité proche du premier, pour des douleurs en barre, allant de la FID à la FIG. Un bilan biologique est prescrit mais le patient n’est jamais pas revu et, a priori, les examens ne sont pas faits.
  • Le 7 avril 2011, le patient consulte un troisième médecin généraliste, époux du second généraliste, pour des douleurs abdominales récurrentes avec des phases de constipation. Il lui est prescrit à nouveau un bilan biologique (également non réalisé), et conseillé de prendre rendez-vous dans un cabinet de gastro-entérologues installés dans une ville voisine.
  • Le 22 avril 2011, le patient consulte un quatrième médecin généraliste exerçant dans une autre localité que les trois premiers, pour « des douleurs abdominales évoquant une colopathie fonctionnelle », associées à une anxiété avec troubles du sommeil. Dans le dossier, il est noté un IMC à 17 ce qui, pour une taille de 1 m67, correspondait à un poids de 47 kg, soit une perte de 15 kg depuis 2005. Ce médecin prescrit un traitement par Séroplex® et Météospasmyl®. Il recommande au patient de consulter «son médecin traitant», au plus dans 3 semaines.
  • Le 3 mai 2011, nouvelle consultation du premier médecin généraliste déjà rencontré pour alternance de diarrhée et de constipation avec une « crise douloureuse suraiguë ». Lors de l’interrogatoire, la douleur était dorsale, se prolongeant sur la face antéro-externe des cuisses. Il est noté dans le dossier une grande asthénie que le patient attribue à un stress professionnel intense. L’examen clinique est considéré comme normal. Un arrêt de travail est prescrit ainsi qu’un bilan biologique mais aucun résultat ne reviendra au généraliste.
  • Le 27 juillet 2011, le patient consultait le remplaçant exerçant dans le même cabinet que le quatrième médecin généraliste déjà consulté. Celui-ci l’adresse à un gastro-entérologue compte-tenu de la persistance des douleurs abdominales et de l’altération de l’état général. Le bilan biologique prescrit lors de cette consultation montre : « (…) Une anémie microcytaire, une hyperleucocytose avec polynucléose, une thrombocytémie, une VS à 37 mm à la première heure et une augmentation des phosphatases alcalines et de la gamma-GT (…) ». Il est adressé à un gastro-entérologue, rendez-vous pris.
  • Le 8 août 2011, le gastroentérologue constate : « (…) Douleurs abdominales lors de l’alimentation avec syndrome diarrhéique. Altération de l’état général avec perte de poids de 20 kg depuis 2005. Abdomen sensible à la palpation. Syndrome inflammatoire biologique (…) ». Il pratique une échographie : « (…) Aspect d’iléite avec atteinte des côlons droit et gauche (…) » Il n’est pas mentionné d’abcès intra- ou rétro-péritonéal, ni de sténose intestinale. Envisageant une maladie de Crohn, le gastroentérologue prescrit un traitement par Solupred ®(40 mg/j) et programme une coloscopie 6 semaines plus tard. Il n’envisageait pas de scanner abdominal, ni d’hospitalisation, le tableau, selon ses dires lors de l’expertise, s’étant constitué « très progressivement ». Il informait le patient qu’il partait en vacances du 20 août au 11 septembre et lui proposait de le revoir avant son départ si son état ne s’améliorait pas mais ne le confiait pas à l’un de ses confrères en son absence.
  • Le 16 août 2011, le patient consulte un sixième médecin généraliste exerçant dans le même cabinet que les deux derniers généralistes. Lors de l’expertise, ce dernier reconnait avoir été averti « oralement » par le gastroentérologue du diagnostic probable de maladie de Crohn (la date de cet entretien « oral » n’était pas précisée). Il note que le patient va relativement mieux et a repris 3 kg. Il prescrit, toutefois, un arrêt de travail.
  • Le 2 septembre 2011, le bilan biologique prescrit le 8 août par le gastroentérologue montre la persistance du syndrome inflammatoire malgré la corticothérapie.
  • Le 5 septembre 2011, le patient reconsulte le même médecin généraliste que le 16 août, pour des douleurs abdominales devenues permanentes et plus intenses. Il déclare avoir de la diarrhée mais pas de fièvre. Son poids est à 41 kg. En raison de l’inefficacité du paracétamol pour calmer ces douleurs, le généraliste prescrit des morphiniques : Skenan LP 30 ® (2 cp/j) et Actiskenan 10® à la demande.
  • Le 12 septembre 2011, le traitement morphinique est majoré lors d’une nouvelle consultation motivée par l’aggravation des douleurs abdominales.
  • Le 20 septembre 2011, hospitalisation en clinique pour la réalisation de la coloscopie programmée, en août par le gastroentérologue. Cet examen ne pouvait être mené au-delà de 50 cm de la marge anale en raison d’une préparation insuffisante (en fait, non prise). Biologiquement, hémoglobine : 8,8 g/100ml, leucocytes : 10 500 /mm3, plaquettes : 706 000/mm3, CRP : 123 mg/l, protides totaux : 57g/l, créatinémie : 4 mg/l.
  • Le 22 septembre 2011, apparition de violentes douleurs dans la région lombaire « rapidement insupportables ». Le patient est « encouragé à utiliser sa pompe à morphine » tandis que la dose orale de morphiniques était fortement augmentée.
  • Le 23 septembre 2011, transfert de la clinique dans le service d’hépato-gastroentérologie du centre hospitalier. A l’admission, l’examen clinique initial concluait à : « (…) Cachexie majeure, dilatation abdominale importante, zone inflammatoire douloureuse en regard de l’aile iliaque droite avec sensation de crépitement, absence de fièvre (…)». La CRP était à 224 mg/l. Le scanner abdomino-pelvien montrait : « (…) Dilatation iléale (44mm) en amont d’une zone inflammatoire sténosée jusqu’ à la valvule iléo-caecale. Aspect de fistule en voie de constitution en regard de la zone de crépitation sous-cutanée (…) ». Malgré l’administration de Rocéphine® et de Flagyl® par voie IV, l’état du patient ne s’améliorait pas.
  • Le 25 septembre 2011, transfert en réanimation après avoir été récusé par les anesthésistes pour le drainage chirurgical d’un éventuel abcès. Dans la soirée, survenue d’un état de choc, vraisemblablement septique, nécessitant la mise sous ventilation assistée après intubation trachéale et un remplissage vasculaire avec administration de noradrénaline à la pompe pour rétablir l’équilibre hémodynamique.
  • Le 26 septembre 2011 un nouveau scanner confirmait le diagnostic d’abcès du psoas s’étendant sur 17 cm de hauteur. Un drainage chirurgical était, alors, pratiqué permettant d’évacuer 300 ml de pus où étaient isolés de nombreux germes.
  • Le 30 septembre, réintervention pour changement de drain. Extension de la cellulite à tout le flanc droit.

Le 4 octobre, décès dans un tableau de choc septique irréversible avec défaillance multiviscérale.

Analyse

Ce matériel est réservé à un usage privé ou d’enseignement. Il reste la propriété de la Prévention Médicale, et ne peut en aucun cas faire l’objet d’une transaction commerciale.

En savoir plus:

Jugement - Expertise (novembre 2013)

Expertise (novembre 2013)

Les experts, l’un professeur des universités, chef de service d’asthmologie, d’allergologie et de médecine interne et le second, gastro-entérologue libéral, confirmaient que « (…) Le décès était dû à un choc septique, conséquence d’un tableau infectieux à point de départ iléal, compliquant l’évolution d’une maladie de Crohn, très probable (…) »

Concernant la responsabilité des différents médecins ayant pris en charge le patient, les experts estimaient que : « (…)
- La responsabilité du CHU n’était pas engagée. En effet, le patient ne s’était pas présenté à la consultation prévue avec un praticien de l’établissement, 3 semaines après sa sortie.
- Les 5 médecins généralistes que le patient avait consultés, de novembre 2010 à juillet 2011, avaient été réactifs alors que le patient présentait un amaigrissement de plus en plus significatif. Ils avaient prescrit des bilans biologiques pour individualiser des signes biologiques inflammatoires qui auraient pu remettre en cause le diagnostic de troubles fonctionnels intestinaux, avancé par le patient. En avril 2011, l’un d’entre eux avait, même, demandé un avis gastro-entérologique qui ne sera effectivement pris qu’à la suite de la consultation du 27 juillet.
Ce retard à une prise en charge spécialisée, --comme le tabagisme actif du patient, facteur reconnu d’évolution défavorable dans la maladie de Crohn --, ont été à l’origine du développement progressif de la fibrose iléale sténosante. Celle-ci était responsable des douleurs abdominales et des troubles du transit rythmés par les repas, conduisant à la réduction des apports alimentaires et à l’amaigrissement.
- Le gastroentérologue en ne prescrivant pas d’autres examens (coloscopie, scanner abdominal, voire entéro-IRM) pour rechercher une sténose iléale fibreuse et en sous-estimant la gravité de la dénutrition, avait commis une erreur de diagnostic. Il n’avait pas envisagé une évolution défavorable sous corticothérapie et était parti en vacances sans laisser de consignes de surveillance, créant un défaut de continuité de soins
- Le dernier généraliste n’avait pas reconnu cette évolution défavorable. Il avait initialisé et majoré un traitement morphinique, sans chercher à comprendre les raisons de cette aggravation. L’association des morphinique à la corticothérapie avait vraisemblablement, masqué le développement de la maladie fistulisante, elle-même favorisée par la sténose iléale fibreuse.
- La relation chronologique entre la rapidité de l’aggravation du 22 septembre et la coloscopie permet de supposer que ce geste avait pu avoir une part de responsabilité, l’insufflation et/ou les manœuvres endoscopique ayant dû aggraver des lésions fistulisantes. Il aurait fallu la faire précéder d’un scanner abdominal, ce qui aurait conduit à ne pas réaliser cette coloscopie mais à envisager un traitement chirurgical
- Les médecins de l’hôpital ont été confrontés à une situation clinique dramatique où, d’emblée, le pronostic vital du patient était engagé. Ils l’ont pris en charge du mieux possible et l’issue fatale n’est, en aucune façon, la conséquence de leur action (…) »

Les experts concluaient en estimant que la perte de chance d’éviter le décès était pour 70 %, le fait des médecins, dans le partage de 70 % pour le gastro-entérologue (soit 49 % =70 %x 70 %) et de 30 % pour le dernier médecin généraliste (soit 21 %= 70 %x 30 %).
 Les 30 % restants de la perte de chance d’éviter le décès étaient, de l’avis des experts, la conséquence de la désinvolture médicale du patient, telle qu’elle ressortait de l’observation.

Avis de la CRCI (mars 2014)

La CRCI reprenait l’ensemble de l’argumentation développée par les experts.
Elle décidait que la réparation des préjudices incombait au gastro-entérologue pour une part de 50 % et au (dernier) médecin généraliste pour une part de 20 %.

Références

  1. http://www.has-sante.fr/portail/upload/docs/application/pdf/2008-06/guide_medecin_crohn_web.pdf 
  2. Maladie de Crohn Vidal-Recommandations en pratique 2012, pp 442- 451 
  3. http://www.has-sante.fr/portail/upload/docs/application/pdf/2008-12/guide_patient_mcrohn_ald24_1_dec.pdf

 

7 Commentaires
  • Cindy D 17/02/2021

    J’ai bien relu 2 fois tout ce rapport. Le patient a été très négligent, probablement par peur . En réponse à Yasmine: le Crohn est une maladie sérieuse, et humira peut vous sauver. Refuser un traitement est pire que tout. Rappelez vous que certains sont morts d’avoir avalé une aspirine. Mais combien de vies sauvées ? Faites confiance à votre gastro.

  • Bernadette M 10/10/2020

    Bonjour mon fils de 43 ans a la maladie de Crosne depuis quatre ans cela fait deux ans qu’il se plaint de mal au ventre il a perdu 20 kg et que les médecins le balade en lui disant on va vous faire un scanner ou un I.R.M. il y a un mois il est rentré à l’hôpital car il ne pouvait plus supporter sa douleur il a été opéré durs Gence et aujourd’hui il a une poche on devrait lui refaire les intestins le 2 novembre en espérant que tout se passe bien c’est une maladie qui ne se voit pasEt bien souvent les médecins minimalise la douleur j’ai moi aussi la maladie de Crosne mais avec mon médicament Imurel cela va bien mon autre fils aussi a la maladie de Crosne

  • Yasmine B 18/09/2020

    Bonjour, j’ai cette maladie depuis peut et cette article me fait peur. Je ne savais pas qu’on pouvais en mourir... Laurence vous dites que les piqures (Humira etc...) sont très mauvais pour nous mais moi j’ai encore 16 ans et je ne peux pas décider de se que je dois prendre. Et je ne vous ment pas, je suis encore un peu perdue par rapport à la maladie j’avais aussi perdu plusieurs kilos avec de la cortisone sa aller mieux. J’ai pris Humira 40 mg une fois toute les deux semaines. Hier je suis partie à l’hôpital et mon médecin m’a dis que je dois augmenter la dose de 180 mg ensuite la semaine prochaine 80mg et enfin 40 mg toute les semaines. Est-ce dangereux pour moi ?

  • Cedric M 06/08/2020

    Je pense comme l'expertise le souligne que la coloscopie à aggraver les lésions fistulisantes et provoquer le décès rapide du patient. C'est une faute de ne pas faire plus d'imageries médicales par scanner ou irm enfin d'éviter l'aggravation des lésions.
    Je connais plusieurs personnes qui ont eu des complications , voir des décès après une coloscopie . Bien souvent le décès est lié par les hôpitaux a la pathologie mais pas à la coloscopie par soucis de responsabilité juridique . Et les médecins et experts rejettent la faute sur les patients alors que les maladies diggestives sont extrêmement complexe psychologiquement pour le malade surtout si il est isolé et que justement c'est une maladie isolante. Je ne trouve pas du tout qu'il a fait du "nomadisme" médical (terme odieux je trouve) ...il a eu du courage au contraire de changer de médecins et de persévérer à se soigner malgré la dureté de la maladie. Pourquoi les medecins généralistes ne lui ont pas prescrits plus d'imageries médicales directement ????
    C'est pour cela que des patients de ces maladies changent de médecins souvent . Il a eu du courage le pauvre gas.

    Bref culpabilisé le patient est surtout un moyen détourné de dédouaner la médecine de toute responsabilité.

  • Laurene N 25/04/2020

    Bonjour, je viens de lire cet article. C est stupéfiant.... je pense,que ce jeune homme a fait l autruche en changeant sans cesse de medecin sans faire ses examens . Je pense qu il sentait au fond que c etait grave mais , inconsciemment, voulait éviter d être mis face aux prises de sang et a la réalité. Il cherchait sûrement un médecin qui le soulage , comme on le souhaite quand on a une angine. On a tous été au moins une fois comme cela, non ? A reculer devant une consultation car on a senti une boule , ou une douleur au foie et on s imagine qu on a attrapé un cancer en allant surfer sur internet. Toutefois, ce jeune homme a pris de gros risques.. surtout en ne faisant pas sa préparation pour la colo ( qui est certes très désagréable, il faut bien l avouer) et sûrement que les médecins ont sous-estimé son état.
    Pour ma part, j ai un Crohn depuis 32 ans ,( j en ai 50). J ai toujours été contre l avis des médecins en ce qui concerne les merdes de médicaments ( biothérapies, imurel et compagnie) que je trouve très dangereux. Pour moi les probiotiques ont été bénéfiques. J en ai toujours pris l entiere responsabilité quoique il puisse m arriver. J ai pris le risque. Mais j avoue que je m en tire pas mal, j ai tjrs travaillé, personne ne sait dans mon boulot que j ai un Crohn, je mange de tout, je vis ,jamais opérée, quoi ...mais je fais bien mes contrôles... quand ça ne va pas je prend solupred , .
    mais peut-être que je vivrai 10 ans de moins.... c'est mon choix. Mon gastro dit que c c'est pas comme ça qu on soigne un crohn. Peut-être mais le mien , si.... et ça m a pas trop réussi....alors leurdiscours moralisateur... mais l histoire de ce jeune homme me rend triste...
    Bonne continuation.

  • Sarah A 14/08/2018

    Je ne partage pas votre avis Laurence. Sans être médecin je me suis auto-diagnostiquée il y a 10 ans en établissant la liste de mes symptômes puis en procédant par élimination. Je pense que sans ce premier travail de déduction le verdict ne serait tombé qu’apres une grosse crise car les médecins en étaient loin. Autre point, le patient bien que négligent a consulté dans le but d’attenuer ses douleurs et n’avait visiblement pas été sensibilisé à l’impotrance de s’assurer qu’il n’y avait pas de danger - rôle qui incombe au médecin -
    Enfin, prescrire un anti-douleur aussi puissant que la morphine sans avoir la moindre idée de l’origine du mal me choque au plus haut point. Cela signifie que le niveau de douleur est entendu mais qu’on n’y associe aucun risque. Pour finir, 41kg est un poids qui nécessite une hospitalisation. Ce genre de récit permet aux meilleurs médecins de se remettre en question et sensibilise le patient sur l’importance du suivi des consignes. Il s’agit donc bel et bien de prévention et c’est votre réaction que je trouve insensés. Peut-être que la douleur de ce patient lui a fait oublié le lavement prescrit un mois avant mais il en est mort donc concentrons nous SVP sur ce qui peut être amélioré. Merci

  • Laurence F 12/06/2016

    je suis desolée mais, il n'est pas avéré qu'il s'agisse d'un crohn! il est bien noté : diagnostic probable de maladie de Crohn . ensuite, le serieux du jeune homme face aux medecins et aux demandes d'examen, n'etait pas des plus serieux! donc, si il avait été plus serieux , peut etre que son cas aurait été soigné comme tous ceux qui ont un crohn! donc, je trouve sincerement que le titre de cet article est inadmissible!!!!!!!!!!! je trouve que franchement, cet article fait peur à tout le monde et ça, ça manque cruellement d'intelligence! prevention medicale.org devrait faire preuve de tact! perso, je leur dis ce que je pense d'eux: vous etes des imbeciles!

Publier un commentaire