Tout sur la gestion des risques en santé
                et la sécurité du patient

Consultations par téléphone,distractions, interruptions, mail et nouveaux médias

  • Réduire le texte de la page
  • Agrandir le texte de la page
  • Facebook
  • Twitter
  • Messages0
  • Imprimer la page

2021 - Revue de littérature sur le lien entre distractions au bloc opératoire et sécurité du patient

25/01/2022

McMullan, R. D., Urwin, R., Gates, P., Sunderland, N., & Westbrook, J. I. (2021). Are operating room distractions, interruptions and disruptions associated with performance and patient safety ? A systematic review and meta-analysis. International Journal for Quality in Health Care, 33(2), mzab068

Résumé

Le bloc opératoire est un environnement complexe sujet à de multiples interruptions de tâches, à des entrées-sorties incessantes, aux téléphones qui sonnent, et à des distractions de tous ordres. Cet article propose une revue de littérature sur le sujet du lien de ces distractions à la sécurité du patient.

27 articles ont satisfait aux critères d’inclusion de cette revue de littérature. La plupart de ces études sont observationnelles et sont de qualité méthodologique modérée (15 sur 27). La définition même des distractions, et ce qui est effectivement mesuré, varie beaucoup d’une étude à l’autre (paroles disruptives avec le chirurgien, échanges entre autres membres présents au bloc, téléphones, entrées-sorties du bloc, etc.).

Les distractions mesurées sont associées à un allongement du temps opératoire (8 études), à la dégradation du travail collectif (6 études), aux erreurs reconnues des uns ou des autres (1 étude), aux erreurs chirurgicales proprement dites (1 étude), a un risque infectieux augmenté (4 études) et à des oublis de contrôles en lien avec la sécurité chirurgicale (1 étude). Le temps lié à la gestion de ces interruptions et distractions est estimé à 22 % du temps total opératoire moyen, soulignant s’il le fallait l’importance du problème (95 %, 15,7-29,9).

Au total, les auteurs soulignent le consensus sur la réalité et l’importance volumétrique du problème, mais soulignent aussi que cette littérature donne finalement peu de résultats précis et prouvés sur les risques associés encourus réellement par les patients, et encore moins de pistes sur des interventions qui démontreraient leur efficacité à réduire ces distractions.

Mon avis

Une bonne revue de questions