L’infection à cytomégalovirus (CMV)

  • Réduire le texte de la page
  • Agrandir le texte de la page
  • Google plus
  • Facebook
  • Twitter
  • PDF
  • Imprimer la page
Tout sur la gestion des risques médicaux
                et la sécurité du patient

L’infection à cytomégalovirus (CMV) : un danger à ne pas méconnaître

  • Réduire le texte de la page
  • Agrandir le texte de la page
  • Google plus
  • Facebook
  • Twitter
  • PDF
  • Imprimer la page
0 Commentaire

L’infection à CMV est la plus fréquente des infections virales du nouveau-né, elle concerne 1% des naissances vivantes et c’est la principale cause de malformation congénitale, de retard mental, et de surdité de l’enfant.

  • Sage-femme
MAJ : 18/01/2017

Qu'est-ce que le CMV ?

Le CMV, dénommé human herpes virus 5 (HHV-5), appartient à la famille des herpes virus, qui, comme eux, peut rester latent dans l’organisme.

Lors de la grossesse, une réactivation, une réinfection ou une primo-infection sont possibles et les femmes enceintes les plus à risque, sont celles travaillant au contact de jeunes enfants ou ayant un premier enfant vivant en collectivité, ainsi que celles issues de milieu socioéconomique défavorisé.

Le risque de primo-infection ou de séroconversion est estimé à 1% pendant la grossesse, et plusieurs études ont montré qu’une séroconversion à un âge gestationnel inférieur à 20 SA semble être un facteur de gravité.

La transmission est interhumaine par exposition aux sécrétions corporelles (salive, urine, larmes, lait maternel, sécrétions génitales), la principale source de contamination étant l'excrétion du virus par les enfants en bas âge.

Quand suspecter une infection à CMV ?

Lorsqu’il existe des signes d’appel cliniques ou échographiques, une infection à CMV doit être recherchée et une sérologie effectuée.

En cours de grossesse, une fièvre, une asthénie, des céphalées, des myalgies, un syndrome pseudo-grippal doivent faire évoquer une infection à CMV même si ces manifestations sont aspécifiques et modérées.

De la même façon, les signes échographiques tels que : un retard de croissance intra-utérin (RCIU), une ventriculomégalie cérébrale, une microcéphalie, des anses intestinales hyperéchogènes, des anomalies cérébrales, qui ne sont pas non plus spécifiques de l’infection à CMV, doivent malgré tout la faire suspecter.

Diagnostic de l’infection maternelle

Le diagnostic reposant sur la sérologie, la détermination de la primoinfection à CMV devrait pouvoir être affirmée par la présence d’IgM spécifiques, hors ce n’est pas le cas, les IgM pouvant aussi être détectées dans les infections récurrentes.

Toutefois, il est possible de distinguer l’infection primaire, de l’infection passée ou récurrente, par la mesure de l’avidité des IgG qui permet également de préciser le caractère récent ou ancien de la primoinfection.

Diagnostic de l’infection fœtale

Dans les cas avérés d’infection maternelle, seule la présence du virus dans le liquide amniotique établit l’infection fœtale, et la présence de lésions cérébrales visibles sur une imagerie anténatale, lui donne une valeur pronostique péjorative.

Parmi les fœtus atteints, 10 % sont symptomatiques à la naissance et présentent un risque important de séquelles neurologiques graves (profond retard psychomoteur, surdité bilatérale profonde), en revanche chez les nouveau-nés asymptomatiques, l’atteinte neurosensorielle (surdité) est la plus fréquente et peut survenir tardivement.

Actuellement, il n'existe pas de vaccin, ni de traitement efficace contre l'infection à CMV pendant la grossesse, toutefois, l’interruption de grossesse peut être acceptée pour les formes présentant des atteintes sévères mais elle ne peut être préconisée dans toutes les situations.
D’autre part, le dépistage du CMV n’est pas recommandé pour plusieurs raisons :

  • impossibilité d’établir un pronostic en cas de diagnostic d’infection à CMV
  • absence de traitement fiable préventif ou curatif de l’infection et de la transmission foeto-maternelle
  • absence de symptômes à la naissance des fœtus infectés
  • stress engendré par une sérologie positive à CMV, chez les patientes

En revanche, le seul outil efficace pour diminuer le risque d’infection maternelle, est la large diffusion  des mesures d’hygiène à respecter pendant la grossesse :

  • informer le personnel et les parents des autres enfants de l’existence d’un cas dans la collectivité
  • se laver soigneusement les mains à l’eau et au savon ou gel hydro-alcoolique après tout contact avec un liquide biologique (urines, selles…).
  • nettoyer les sécrétions nasales avec des mouchoirs en papier à usage unique jetés dans une poubelle munie d’un couvercle.
  • lavage des surfaces, jouets et autres objets présents dans les lieux fréquentés par l’enfant malade.
  • interdiction d’embrasser les enfants sur la bouche et sur les joues.
  • ne pas partager tasses, couverts, tétines, brosses à dents, nourriture, serviettes et gants de toilette.

Conclusion

L’infection à CMV est la principale cause infectieuse de déficience mentale et de surdité de perception.

A l’heure actuelle il n’existe pas de vaccin, ni de traitement efficace, et l’information des femmes enceintes sur les mesures d’hygiène à respecter, reste la stratégie la plus efficace.

Néanmoins les connaissances sur l’infection à CMV ont nettement progressé et la principale évolution à venir concerne le dépistage néonatal et le traitement anténatal qui devrait voir le jour d’ici quelques années.

En attendant, l’information des couples sur les conseils d’hygiène doit être largement diffusée, conformément aux recommandations du CNGOF (Collège national des gynécologues et obstétriciens français) dans sa lettre d’information diffusée en juillet 2015.

Cliquez sur l'image pour en savoir plus :

Source : réalités en Gynécologie-Obstétrique # 179_Décembre 2015

0 Commentaire

Publier un commentaire