Tout sur la gestion des risques en santé
                et la sécurité du patient

Consultations par téléphone,distractions, interruptions, mail et nouveaux médias

  • Réduire le texte de la page
  • Agrandir le texte de la page
  • Facebook
  • Twitter
  • Messages0
  • Imprimer la page

2015 - Interruptions et risques d'erreurs médicamenteuses sévères.

01/03/2016

Westbrook JI, Woods A, Rob MI, Dunsmuir T., Day, R.  Association of interruptions with an increased risk and severity of medication administration errors. Arch Intern Med 2010;170:683–90

Résumé

Observation de 98 IDE préparant des préparations médicamenteuses dans 6 services de 2 CHU Australiens à Sydney. 4271 préparations incluses concernant 720 patients sur une durée de 505 heures entre septembre 2006 et mars 2008.
Les erreurs sont repérées en utilisant le dossier patient. On note les associations entre (1) les erreurs procédurales de préparation (10 indicateurs, en lien notamment avec l’asepsie) et les erreurs cliniques (12 indicateurs, en lien notamment avec mauvais médicaments, mauvaises doses) et (2) les interruptions.
Résultats : chaque interruption provoque une augmentation du risque d’erreur procédurale de 12,1% et 12,7% d’erreur clinique, et ceci est vrai pour toutes les IDE et tous les services.
Les préparations sont interrompues en moyenne dans 53,1% des cas, et les administrations un peu complexes pour un patient ont un risque de 74,4% d’interruption.
Les administrations non interrompues ont un taux spontané de 69,6% d’erreur procédurale (asepsie et autre) qui monte à 84,6% en cas d’interruption. Au total, 25% des administrations souffrent au moins d’une erreur clinique (dose, produit) ; celles qui n’ont pas d’interruptions ont un risque de 25%, celles avec 3 interruptions un risque de 38,9%. Le risque d’une erreur majeure sans interruption est de 2,3%, et il monte à 4,7% avec 4 interruptions.

Mon avis

Mon avis : article de référence, accessible complet, bonne méthode