Evénement indésirable concernant un perroquet

Tout sur la gestion des risques médicaux
                et la sécurité du patient

Evénement indésirable concernant un perroquet

  • Réduire le texte de la page
  • Agrandir le texte de la page
  • Facebook
  • Twitter
  • Messages0
  • Imprimer la page
  • Perroquet gris Gabon

En pleine pandémie de COVID-19, au moment d’une crise sanitaire mondiale majeure, nous prenons le risque de publier ici un cas clinique qui peut paraître "dérisoire", une façon paradoxale de montrer l’importance toute relative de certaines activités humaines liées aux nouveaux animaux de compagnie.

  • Vétérinaire
Auteur : Dr Vre Michel Baussier / MAJ : 12/08/2020

Cas clinique

Le propriétaire d’un perroquet Gris du Gabon âgé de quatre ans a sollicité à plusieurs reprises son vétérinaire habituel pour qu’il raccourcisse, en la coupant, l’extrémité du bec de son perroquet.

Celui-ci lui a expliqué qu’il n’avait pas l’expérience de ce type d’intervention et lui a conseillé de s’adresser à un confrère spécialisé et expérimenté dans ce type d’intervention sur NAC (nouveaux animaux de compagnie) mais davantage éloigné du domicile du demandeur.

Sur insistance du propriétaire qui ne voulait pas se déplacer plus loin, le vétérinaire a accepté de prendre toutes informations et recommandations auprès de son confrère spécialisé et de réaliser lui-même l’intervention.

Le propriétaire ne s’est pas déplacé pour accompagner son oiseau, il a envoyé sa mère l’amener à la clinique le jour de l’intervention.

Sur ce perroquet agressif, l’intervention a été effectuée sous anesthésie générale brève et le parage a été pratiqué avec une petite meuleuse rotative (limage, ponçage et non section).

Le jour même, le propriétaire a contesté la correction apportée, la trouvant asymétrique, considérant qu’elle "défigurait" son perroquet. Il a de surcroît contesté la nécessité d’une anesthésie. Il a reproché l’agressivité de l’animal les jours suivants, induite selon lui par l’intervention. Un recours en responsabilité civile professionnelle (RCP) a été diligenté ; le demandeur a été éconduit dans le cadre d’une procédure amiable qui n’a été suivie d’aucune autre procédure.

L’événement considéré ici est incontestablement un événement indésirable associé aux soins pratiqués par le vétérinaire. En effet il a indubitablement été considéré comme indésirable tant par le propriétaire que par voie de conséquence par le vétérinaire mis en cause.

Pour autant, il ne saurait être considéré comme grave pour l’animal traité, n’ayant provoqué aucune atteinte objective manifeste de son bien-être, selon les cinq libertés(*) héritées du rapport Brambell et du Farm Animal Welfare Council (FAWC) et reconnues par l’OIE(1) et l’ANSES(2).

Plus que de gravité mineure, il est cependant de gravité significative par les conséquences engendrées, démesurées par rapport à un reproche invoqué essentiellement esthétique, manifestement subjectif ici, qui peut de toute manière être corrigé et qui, de surcroît, est réversible vu la croissance continue de la partie cornée du bec d’un oiseau.

Analyses

Ce matériel est réservé à un usage privé ou d’enseignement. Il reste la propriété de la Prévention Médicale et ne peut en aucun cas faire l’objet d’une transaction commerciale.

Recommandations et propositions d'actions préventives

  • Il reste délicat aujourd’hui d’accepter de réaliser un acte dans un domaine dont on n’a pas l’expérience, même avec une formation accélérée ponctuelle et même avec le consentement du propriétaire considéré comme suffisamment éclairé. Savoir exiger de référer.

  • Se rappeler l’importance du diagnostic préalable à toute intervention. Ici l’intervention était-elle utile ? Était-elle nécessaire ?

  • Médecine vétérinaire partenariale : discuter avec le propriétaire le bien-fondé de l’intervention. Décider de façon partenariale. Dans le cas de figure, la présence du décideur eût été à l’évidence salutaire et aurait dû être exigée (opinion a posteriori).

  • Mais n’est-ce pas d’abord la question même des NAC (nouveaux animaux de compagnie) qui mériterait d’être posée, au regard de la relation homme-animal-environnement et de la préservation de la biodiversité ? Que font de tels NAC dans nos maisons ? La contestation croissante des animaux dans les cirques et aussi dans les parcs zoologiques ne saurait être isolée de celle des NAC chez les particuliers.

(*) En savoir plus :
> Le bien-être animal selon l’OIE
> Le bien-être animal par CIWF

(1) OIE : Organisation mondiale de la santé animale (autrefois Organisation Internationale des Epizooties).
(2) ANSES : Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail.